AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ultimate Spider-Man

Aller en bas 
AuteurMessage
Saturion
La Force est en Nous
La Force est en Nous
avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 31
Localisation : Rouen
Humeur : Drôle et triste a la fois. Je suis un clown qui pleur quoi...
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Ultimate Spider-Man   Jeu 28 Fév - 14:18

Dans la tripotée de super-héros inscris au panthéon de la bande
dessinée américaine, Marvel et DC Comics mis en commun, peu s'avèrent
réellement atypiques, vecteurs d'une profondeur qu'il est parfois
difficile de dénicher derrière le masque. Pourtant, Batman, Wolverine
ou encore Spider-Man peuvent se targuer de posséder cette petite chose
en plus, ce caractère particulier et sensible. L'homme-araignée étant
d'actualité aujourd'hui, c'est à lui que revient le droit de tenir
l'étendard des héros humains et complexes. Véritable Mac Gyver en
collant bleu, notre ami sans cesse en faillite personnelle, doit se
résoudre à fabriquer sa "toile" de façon artisanale. Juste pour cela,
il nous paraît proche et attachant. Peut-on en dire autant du jeu le
mettant en scène ?



Sans
révéler trop en avance une conclusion qui pourrait porter préjudice à
la lecture de ces lignes, les premiers pas dans cet Ultimate Spider-Man
émerveillent et plongent l'imagination dans un festival de cases mises
en mouvement. Effectivement, loin de se croire devant une version
totalement animée du héros bicolore, l'impression tenace d'assister à
une bande dessinée interactive se décante tout au long de l'aventure.
Si ce sentiment provient sans doute de l'utilisation harmonieuse d'un
cel shading aux traits secs confinant des couleurs pastels, il découle
également du découpage général du jeu. Ce dernier adopte de façon
intelligente une mise en scène utilisant les codes principaux de la BD,
à savoir l'emploi d'un système de mise en relief s'appuyant sur la
superposition de cases brisant la verticalité ou l'horizontalité d'une
présentation mais aussi d'onomatopées diverses. Tout cela afin de
suggérer l'action ou la surprise. Le déroulement des séquences
scénaristiques et de certaines phases actives se voit donc parsemé de
ce parti pris artistique probant, offrant une immersion totale aux
amateurs du comics original d'une part, et une preuve flagrante
d'innovation aux joueurs moins connaisseurs. D'autant que les
transitions entre les plans s'avèrent fluides et bien pensées, jouant
sur la dynamique d'une situation et la place que devra occuper l'image.
Une qualité plastique incontestable incluant évidemment la modélisation
des décors et des personnages qui se révèle équilibrée et de bonne
tenue. Malgré tout, on peut noter une certaine propension au
scintillement surtout concernant les "textures" appliquées aux
bâtiments, ayant parfois du mal à bien délimiter les divers éléments
les composant, ainsi qu'une profondeur de champ peu convaincante, même
si un subterfuge assez malin a été trouvé dans le but de rendre compte
d'immeubles lointains en les simplifiant graphiquement. De légers
écueils parfois un tantinet dérangeants, mais qui restent en second
plan, masqués par une animation leste et détaillée ainsi qu'une
fluidité générale étonnante de stabilité. Mais, tel Venom, le mal peut
se dissimuler dans des corps en apparence très sains.
En effet, et
c'est un problème récurrent dans la série, la gestion des caméras se
montre une nouvelle fois fort problématique. Mais avant de s'en prendre
à ce pauvre objectif malmené, jetons-nous goulûment sur le fond d'un
gameplay enivrant. Le moteur majeur dirigeant nos pas dans Ultimate
Spider-Man s'avère effectivement prendre la forme d'un plaisir vif,
d'une affection profonde pour la liberté et le dynamisme. Quoi de plus
ensorcelant qu'une balade virevoltante semblant dénuée de l'étau de la
gravité, au gré des toits de New-York ? Chaque parcours, chaque envol
injecte une dose d'adrénaline, d'excitation, dans le corps du joueur en
proie à une admiration pour ces ballets aériens. D'autant plus qu'il
est particulièrement aisé de s'accrocher à n'importe quel élément avant
de se propulser, voltigeant au gré du vent. Pourtant, cet état de grâce
se voit mis à mal par une limitation assez énervante, davantage
présente par ailleurs dans le quartier du Queens. En fait, durant vos
pérégrinations au bout de votre fil "fait maison", il vous faut bien
évidemment tenter de vous accrocher aux diverses murailles, lampadaires
et grilles environnantes. Toutefois, le problème vient du fait qu'il
est impossible de fixer sa toile à plus de trois mètres du sol (en
raison des habitats plus petit de ce coin de la ville), obligeant soit
à avancer par intermèdes plus ou moins longs, soit à utiliser la
projection de fil vers l'avant, retirant tout de même le côté fun de la
progression. Heureusement, cet aspect relativement frustrant se
rencontre un peu moins au sein des grands buildings du centre de la
ville, même s'il reste parfois difficile de conserver une avancée en
ligne droite, étant obligé de se cramponner à mi-hauteur constamment.
Le plaisir trouve tout de même un créneau où s'exprimer. Pourtant ce
constat pâtit grandement de notre grande amie la caméra déjà citée plus
haut.
En effet, et c'est un problème récurrent dans la série, la
gestion des caméras se montre une nouvelle fois fort problématique.
Mais avant de s'en prendre à ce pauvre objectif malmené, jetons-nous
goulûment sur le fond d'un gameplay enivrant. Le moteur majeur
dirigeant nos pas dans Ultimate Spider-Man s'avère effectivement
prendre la forme d'un plaisir vif, d'une affection profonde pour la
liberté et le dynamisme. Quoi de plus ensorcelant qu'une balade
virevoltante semblant dénuée de l'étau de la gravité, au gré des toits
de New-York ? Chaque parcours, chaque envol injecte une dose
d'adrénaline, d'excitation, dans le corps du joueur en proie à une
admiration pour ces ballets aériens. D'autant plus qu'il est
particulièrement aisé de s'accrocher à n'importe quel élément avant de
se propulser, voltigeant au gré du vent. Pourtant, cet état de grâce se
voit mis à mal par une limitation assez énervante, davantage présente
par ailleurs dans le quartier du Queens. En fait, durant vos
pérégrinations au bout de votre fil "fait maison", il vous faut bien
évidemment tenter de vous accrocher aux diverses murailles, lampadaires
et grilles environnantes. Toutefois, le problème vient du fait qu'il
est impossible de fixer sa toile à plus de trois mètres du sol (en
raison des habitats plus petit de ce coin de la ville), obligeant soit
à avancer par intermèdes plus ou moins longs, soit à utiliser la
projection de fil vers l'avant, retirant tout de même le côté fun de la
progression. Heureusement, cet aspect relativement frustrant se
rencontre un peu moins au sein des grands buildings du centre de la
ville, même s'il reste parfois difficile de conserver une avancée en
ligne droite, étant obligé de se cramponner à mi-hauteur constamment.
Le plaisir trouve tout de même un créneau où s'exprimer. Pourtant ce
constat pâtit grandement de notre grande amie la caméra déjà citée plus
haut.
En effet, et c'est un problème récurrent dans la série, la
gestion des caméras se montre une nouvelle fois fort problématique.
Mais avant de s'en prendre à ce pauvre objectif malmené, jetons-nous
goulûment sur le fond d'un gameplay enivrant. Le moteur majeur
dirigeant nos pas dans Ultimate Spider-Man s'avère effectivement
prendre la forme d'un plaisir vif, d'une affection profonde pour la
liberté et le dynamisme. Quoi de plus ensorcelant qu'une balade
virevoltante semblant dénuée de l'étau de la gravité, au gré des toits
de New-York ? Chaque parcours, chaque envol injecte une dose
d'adrénaline, d'excitation, dans le corps du joueur en proie à une
admiration pour ces ballets aériens. D'autant plus qu'il est
particulièrement aisé de s'accrocher à n'importe quel élément avant de
se propulser, voltigeant au gré du vent. Pourtant, cet état de grâce se
voit mis à mal par une limitation assez énervante, davantage présente
par ailleurs dans le quartier du Queens. En fait, durant vos
pérégrinations au bout de votre fil "fait maison", il vous faut bien
évidemment tenter de vous accrocher aux diverses murailles, lampadaires
et grilles environnantes. Toutefois, le problème vient du fait qu'il
est impossible de fixer sa toile à plus de trois mètres du sol (en
raison des habitats plus petit de ce coin de la ville), obligeant soit
à avancer par intermèdes plus ou moins longs, soit à utiliser la
projection de fil vers l'avant, retirant tout de même le côté fun de la
progression. Heureusement, cet aspect relativement frustrant se
rencontre un peu moins au sein des grands buildings du centre de la
ville, même s'il reste parfois difficile de conserver une avancée en
ligne droite, étant obligé de se cramponner à mi-hauteur constamment.
Le plaisir trouve tout de même un créneau où s'exprimer. Pourtant ce
constat pâtit grandement de notre grande amie la caméra déjà citée plus
haut.

Graphismes :

Le cel shading sied particulièrement
bien à l'univers de Spider-Man, permettant de donner de la virtualité
aux planches du comics, tout en se plaçant dans une volonté de mise en
scène s'inspirant de la bande dessinée en général. De ce fait, on
trouve avec le titre d'Activision une véritable BD interactive,
conservant un pouvoir ludique fort. Et même si l'on note quelques
défauts dans cette cuirasse colorée, ils ne parviennent pas à ternir la
réussite globale. A noter également une animation et une fluidité sans
faille.

15/20

---------------

Jouabilité :

Possédant
un degré de liberté et de plaisir grisant lors des déplacements au bout
de la célèbre toile artisanale, Ultimate Spider-Man se veut avant tout
un concentré d'évasion et un appel à la fascination. De plus, le
système de combat permet de se plonger dans le titre avec délice.
Malgré cela, la caméra foireuse, les quelques problèmes d'accrochage
des fils, ainsi que les sauts, certes impressionnants, mais peu précis
de Venom, conduisent à retirer une grande part de crédibilité dans le
gameplay, passant de fantastique à juste convaincant.

13/20

--------------------

Durée de vie :

Proposant
des phases de jeu, en rapport avec la trame principale, relativement
longues et prenantes, le titre de Treyarch donne accès à une durée de
vie flirtant avec les habitudes du genre, même si les nombreuses et
énervantes quêtes "annexes" rehaussent le temps passé sur le soft. Si
vous désirez collecter l'imposante collection de bonus fort
intéressants, il va falloir que vous fouilliez les environs de fond en
comble plusieurs fois.

15/20

--------------------

Bande son :

Les
diverses compositions distillées dans le jeu restent assez en retrait
et surtout relativement communes. Les mélodies ne font pas passer
d'émotions et les thèmes ne sont pas assez en accord avec les
situations pour vraiment s'imposer. Le doublage est quant à lui de
qualité, donnant à entendre des intervenants à l'aise dans leur
personnage. Les bruitages demeurent convaincants, soulignant fort bien
la force des explosions.

13/20

----------------------

Scénario :

Loin
d'être seul, l'ami Spidey se voit obligé de mener cette trame
accompagné de son ami Eddy Brock, devenu récemment Venom à la suite de
la découverte des recherches de son père. Loin d'être original, le
scénario parvient tout de même à interpeller et rassemble pour la
première fois un ensemble de personnages charismatiques et fascinants,
comme Wolverine, le déjà cité Venom ou encore le légendaire Carnage. A
noter que la mise en scène sous forme de BD est une idée fantastique.

14/20

---------------------

Note Générale :

Décidément,
Spider-Man est un super-héros bien souple. Courbant l'échine face à des
problèmes de gameplay, à un système de progression perfectible et à un
fond assez limité, il parvient tout de même à se relever sans heurt. Un
miracle découlant d'une atmosphère immersive, d'une jouabilité
intuitive et impressionnante de liberté ainsi que d'un découpage
graphique innovant. En bref, le titre d'Activision est une production
véritablement honnête, ludiquement correcte, qui divertit agréablement.
Et c'est bien tout ce qu'on lui demande à la réflexion. Et une toile
pour la deux, une !

14/20

-------------------


Ma notes : 7/10












_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sat-forum.forumactif.com/
Kori
La Force est en Nous
La Force est en Nous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 287
Age : 31
Localisation : Devant mon ordi
Humeur : Sa dépend sa dépasse
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Ultimate Spider-Man   Jeu 28 Fév - 18:08

Ce jeux me tenterais pas xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korigan.nrjblog.fr
elnas
La Force est en Nous
La Force est en Nous
avatar

Féminin
Nombre de messages : 272
Age : 30
Localisation : Quand tu sors du village des Schtroumpfs, tu cliques à droite, et ensuite c'est tout droit !
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Ultimate Spider-Man   Ven 29 Fév - 15:12

Beuh, moi non plus... Mais pour moi, c'est loin d'être étonnant xD ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elnasgalerie.canalblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ultimate Spider-Man   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ultimate Spider-Man
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ULTIMATE SPIDER-MAN
» ULTIMATE SPIDERMAN ( période: Brian Michael Bendis, Mark Bagley. Stuart Immonen )
» ULTIMATE SPIDER-MAN : SPIDER-MAN COLLECTION
» Vends Ultimate Spiderman VF
» THE AMAZING SPIDER-MAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Jeux video :: Sony :: Playstation 2-
Sauter vers: